Béatude hits en cuisine, 1ères joies:

1 Carpenters: "We've only just begun" - 2 Canned Heat "Goin'up the country" + lien sur le clip - 3 Gogo's "Head over Heels" - 4 "Bang bang" par Nancy Sinatra, Sheila, Cher - 5 Bonheur en kitcherie à Paris plage + lien sur le titre: Patrick Coutin "J'aime regarder les filles" - Andy Williams "Music to watch girls by" + lien sur le clip - 6 Herman's Hermits "There's a kind of hush" - 7 Tammi Terrel "This old heart of mine" + Lien sur le titre du texte Marvin Gaye & Tammi Terrel "Ain't no mountain high enough" - 8 Dell Shanon, Elvis Presley "Runaway, Runaway '67" + lien sur le titre du texte "Hats off Larry" - 9 Nilson "Without you"

Béatud' hit number one

Pas très difficile c'coup là, autant j'hésite entre Adamo et Herman's Hermit pour la suite... que là, lalala, "Before the rising the sun, we fly... Watching the signs along the way... White lace and promises...", trouvé, Bravo! Qui d'autres que la fratrerie Charpentière, what else qu' "only just begun". Bon c'est vrai les mariages ne remplissent plus les salles des bals, d'accord l'orchestre de Jean-Claude Carmel la reprend moins le samedi soir "A la bonne rencontre" de Vers s/Launette... mais cette petite perle tourne encore et encore depuis '70 et enchantera bien des matins légers à venir; pacsez vous entre frère et soeur, trouvez un bon coiffeur et rise...! kitch quand tu nous tiens ou le bonheur en cuisine...
..."So many roads to choose (...) and yes, we've just begun...

Ouïr: Carpenters "We've only just begun"

video

Bonheur à la campagne, béatud'hit number two

Bien calé entre la cafetière et le grille-pain un beau matin de fête de la musique celle là sent bon le foin, le vagabondage estivalier, une danse partie près du feu de la Saint-Jean. Les créatifs l'avaient bien sentie dans le but de nous vendre quelques chars à moteur, à la suite d' "On the road again" pas mal non-plus; nostalgie quand tu nous tiens, bien enfoncés dans le sofa à regarder la pub.
..." I'm going to some place where I've never been before... where the water tastes like wine... we can jump in the water, stay drunk all the time... No use of you running or screaming and crying, 'cause you got a home as long as I've got mine... I'm goin'up the country, baby, don't you wanna go?!"

Ouïr: Canned Heat "Goin'up the country"

video

Succès dans la cuisine avec les Go.Go's / Béatud'hit de bronze

Jessepop nous a remis à l'heure des Bangles, il est donc temps de se mettre à table avec les Go.Go's!
Ces filles ont trouvé leur bonheur en se recentrant façon "Twist and shout" des Beatles. Why not?! Mélodies au bon goût, beat assuré, guitares saturées, refrains qui font mouche et une bonne dose d'humour. On reste au milieu des 80's, attention aux coupes, aux vêtements, aux boucles d'oreilles! Elles ont fait des petites depuis, moins sages, qui ont surenchéri! Le volume et le ton des pièces binaires a monté, dépassant le rouge. Elles demeurent mes préférées avec ce "Head over heels" enjoué, survolté et aérien. Envolée du clavier en roue libre, beat irresistible et basse bien lourde, accélérations à vous bouger l'arrière-train sans réticence, intonations de Belinda Carlisle, riffs comme s'il en pleuvait! Un album déniché pour 50 pfennig dans un bac à soldes en Allemagne en '85, saphir usé jusqu'à la corde, rapport qualité/prix démesuré... joie et bonne humeur à la louche!
"Been running so long...so fast... so hard....I've nearly lost all track of time... the voice of reason is one I left so far behind... no more connections, I don't need anymore advice... head over heels... no time to think, can't stop myself outta control..."

Ouïr: The Go.Go's "Head over Heels"

video

Et1et2et3 larmes de crocodiles en cuisine, je te tue, tu me tues par la ... / Béatud'hit numéro 4

Qu'il devait être amoureux Salvatore Phillip Bono en composant cette merveille nostalgique à la non moins merveilleuse Cherilyn Sarkisian La Pierre.
Quel titre! Au tuba sous la mer, au trombonne sous l'bureau, l'effet demeure à chaque fois saisissant, la preuve avec ces trois versions qui quoiqu'on en dise n'arrivent à se faire de l'ombre. Tant qu'à en choisir une, la minimalissime production de Lee Hazlewood pour sa Sinatra de Nancy  (54 Meurtre et Demoiselle) l'emporte avec le temps, mais les violons et la voix de Sheila quand même, qui en outre se fait comprendre, l'élan gypsy de Cher... Un clic sur le titre du message et vous tomberez sur Mareva et Jacno, sur celui du clip pour Sheila en personne.
Cher, enfant de la balle, elle rencontre Sonny Bono à 16 ans en '62 et depuis 46 ans est devenue l'une des plus grandes vendeuses de disques au monde, a été une star hippy à la télévision, une icône de la mode, sexy et censurée, a obtenue la palme d'or, un oscar, est immensément riche, a enrichi de nombreux plasticiens et fait fuir tous ses amants... 
Sonny Bono, études de médecine, attaché de presse, homme à tout faire de Phil Spector, auteur, compositeur, producteur, interprète, acteur, scientologue (sic), patron de restaurant, homme politique,  possède même une loi portant son nom... et en réponse au Spector moumouté, grand adorateur de la moustache qui tache, sa relation avec Cher n'y survivra pas, lui non plus!
"He wore black and I wore white / He would always win the fight / Bang Bang! / I hit the ground / That awful sound / Bang Bang! / I used to shot you down..."

Ouïr: "Bang Bang" trilogie par Nancy Sinatra, Sheila & Cher

video

Bonheur en kitcherie à Paris plage et Béatud'hit aigue de 5 à Sète

Comment peut-on associer ces deux là me direz-vous? 
Suffit d'avoir une légère "fièvre de monarc' " par temps chaud! 
Le temps d'une balade sur les quais
 de Seine un samedi au bord de l'eau. Lorsque les  Tanger, invités live, se plaisent à reprendre notre Coutin bien affuté. On le retrouvera chez un concurant en un clic sur le titre du message. 
Un son brut de guitares comme on aime, du rif exacerbant du Patrick, au rif dansant de l'orchestre d'Andy Williams. 
Un thème commun de surcroît, la première introduisant la seconde pour deux bonheurs indémodables, qui raviront à jamais les adorateurs de salade niçoise, aimant s'la jouer croisette dans la cuisine...

"What's that sound? Each time you hear a loud collective sigh. They're making music to watch girls by..."

Ouïr: Andy Williams "Music to watch girls by"

video

Béatud'hit ébahie et naïveté culinaire pop'hot avec les Herman's Hermits prêts à remplir le monde d'amour tendre et de bonheur:

Les Carpenters ont pris de loin la tête de la catégorie, mais les vrais seconds ce sont eux nos mancuniens aux dents blanches. D'ailleurs les premiers sus-nommés auront en vain essayé la reprise ultime, a kind of bide, ici pour paraphraser Cat Stevens et Rod Steward "The first cut is the deepest".  "There's a kind of hush (all over the world) est le pendant parfait de "We've only just begun", fiançailles bleu azur drapées de mélodies aériennes qui s'incrustent tout au fond de la téterre et imprègne votre mémoire durablement. Elles se chantonnent à en donner la nausée, indécrottablement inscrites sur le disque dur harmonique.
Les hermites d'herman, bande à Peter Noon, auraient pu former un très bon groupe à la sauce anglaise, leurs faces b en sont souvent la preuve, s'ils n'avaient été cantonnés à la pop mielleuse et baveuse que leur concocta Mickie Most, qui n'en était pas à son coup d'essai, ni à son dernier avatar. Ironie de l'histoire, alors qu'ils placèrent 11 de leurs singles dans le top 10 américain, leur plus grand tube, l'intemporel "No milk today" (en clic sur le titre) échoua à la 35 e place, dents blanches contre bouteilles de lait?

Ouïr: Herman's Hermits "There's a kind of hush (all over the world)"

video

What's going on with baby Terrell? Béatud'hit en cuisine

"Quel jeu Tammi? Depuis que tu es partie, dans mes bras, je n'y arrive plus. L'avenir nous appartenait, tu as lâché. J'arrête tout, paix à mon âme. 24 ans, Thomasina Winifred Montgomery, 13 ans de carrière. A ta retraite on t'affiche encore, une autre chante pour toi. On t'avait déjà remodelé en Suprême solo, tout pareil à la Diane, jusqu'aux tenues, les coupes de cheveux. Plus tard je l'accompagnerai aussi, le bide. La réussite c'était près de toi.
What's happening sister? Ma musique change, je m'émancipe, j'explose. Tout comme toi ce jour là, dans mes bras... What's going on?"

Ouïr: Tammi Terrel "This old heart of mine (is weak for you)"

video

Bonheur en cuisine with my runaway, when Del Shannon shined on

Trois p'tits tours et puis s'en va... Après les ritalo rockers qui ont suivi la déferlente de '54 à '58, est arrivé Del Shannon, le temps que Brian Wilson puisse concevoir sa réponse au Spector sur son fil, et le débarquement sans coup férir de la british pop après '63. Un laps de temps oui, mais avec tiercé gagnant: "Hats off to Larry", "Keep searching", "Runnaway"... leurs mélodies rythmées de gimmicks débiles et falsetto assumés, guitares, farsifa et saxo et tu sautes dans la rue... tu passes à côté, t'es mort. Et puis la traversée du dessert jusqu'à... jamais!
En '67 Andrew Loog Oldham a une hallucination; jusque là tout va bien. Il prépare le grand retour transformé en abordage psyché et dramatise l'ensemble. Cerise sur le pudding, Del nous balance "Runaway" dans un outerspace post western, genre le Rio Grande transformé en gorge profonde; l'extase, et puis... l'album est sorti en 2007 après 40 années à écumer les archives...
Profitez, ça passe pas en radio Enfin si mais l'orgue sera alors remplacé par la voix d'un hollandais à volants (sic), autant se finir avec Elvis en ce cas... ;o)

Ouïr: "Runnaway '67" et "Runnaway" par Del Shannon et Elvis Presley

video

Le bonheur en cuisine, impossible "sans toi" et pourtant

Bon prince, Will nous l'a entonnée hier soir, venu accompagner Susanna sur cette mélimélodie à rendre l'âme. Blonde solo discrète au piano, le Vieux Lard chauve et mouché aux choeurs, arrangements minimals, duo de rêve au ralenti, profond, généreux et la cigale enchantée, toute impressionnée. Sacré Nilsson, avoir travaillé avec Spector, buzzé tout le monde sur une rumeur des Beatles, vendu de par le monde trois albums avec l'inénarable "Schmilsson" inscrit dessus, popularisé à jamais "Everybody's talking" de Fred Neil, et ce "Without you" qui permettra encore à toutes les pseudo chantatrices de nous polluer les ondes. Oui mais hier soir c'était Susanna et Bonnie Prince Billy, with you.

Ouïr Nilson: "Without you", avec ou sans robe de chambre...

video